Henriette ROSARI

Explorations...

Rosari.jpg



Rosari16.jpg     Rosari15.jpg

Rosari14.jpg     Rosari13.jpg

Rosari12.jpg     Rosari11.jpg

Photos reçues en novembre 2014


Rosari10.jpg

Expo à l'atelier - Noël 2013



" Dis, parle-moi de la création et de ta vision actuelle de l'acte de créer? "

La création pour moi durant des années a été synonyme de projets , de projections, d'enseignement; j'étais "passeur". Je ne parcourais que les contours d'un acte qui se définit bien au-delà des chemins enchâssés dans les méandres d'une métacognition .
Certes j'étais toujours en éveil, capable d'innover dans la ligne droite d'un imaginaire débordant , mais toujours sur la base d'objectifs solides, précis cadrés par la raison.
Il y manquait l'âme, l'essence même de l'acte de créer dans toute la dimension d'un moi et d'un soi échappant souvent à toutes les règles de l'intelligence et faisant place à l'intemporalité et l'universalité du principe originel qui le fonde.
Créer aujourd'hui pour moi c'est oser, oser se surprendre, laisser aller ses instincts, se mettre à nu .
Oser le délire jusqu'au vertige affleurant sans cesse les bords d'un gouffre jusque là insoupçonné.
Oser mettre les pas dans tout ce qui peut révéler la conscience collective de la création jusqu'à effleurer et entrevoir l'absolu, l'infini.
Se lover dans les empreintes de ceux qui nous ont précédé au détour d'un tracé d'une forme qui dans l'inspire, expire peut permettre d'entrer dans la respiration de l'univers, grâce à la géométrie sacrée.
Pénétrer dans les vibrations d'espaces colorés pour en capter les forces énergétiques.
Entrer au contact de la matière vivante, sensorielle devenant très vite sensuelle ouvrant pour un temps les portes de la Genèse par la médiation d'un substrat où sont enfouis les germes d'une création fécondée...
S'inscrire dans le souffle spiralé de l'univers cosmogonique capable de révéler des parenthèses de transcendance...
Oser s'exposer aux regards de l'autre et cueillir des instants de complicité où deux ne font plus qu'un parce que chacun aura su accueillir l'autre.
Oser un cheminement rempli de doutes, de questionnements où se croisent et s'enchevêtrent des moments de fusions, d'effusions que je ne maîtrise pas.
Mais aussi plaisir de la découverte, suivi d'une invite, d'un lâcher prise synonyme d'aventure au plus profond d'un "soi" inexploré.
Oser se révéler, se réveiller hors des chemins balisés, formatés, et jouir de quelques parenthèses où l'indicible règne en maître et où il m'est enfin possible de crier comme Léo "Ni Dieu, ni Maître".
Symphonie qui s'écrit en accords , désaccords, discordance ou harmonie, dans cet acte de re-création, essayer d'atteindre la musique des sphères ou plus modestement en capter quelques harmoniques.
Henriette ROSARI - ALLAUCH le 17 mai 2012


xoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxox

2012

Rosari19.jpg     Rosari18.jpg

Rosari19.jpg     Rosari20.jpg


xoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxoxox

2010

Rosari11.jpg     Rosari12.jpg     Rosari13.jpg


Mon parcours...

Je décrirai succinctement mon parcours sur la base de deux maîtres mots complémentaires: transmettre et créer.


Rosari02.jpg    


Transmettre est bien le mot essentiel qui a jalonné tout le long de ma vie et que je ne peux abandonner même en étant retraitée de l'éducation nationale tant il est gravé en moi.
Durant trente ans j'ai été chargée de direction en zone prioritaire, chargée de mission, conceptrice de divers projets ayant toujours en point de mire l'enfant et son devenir.
Transmettre à "l'enfant", cet enfant qui avait besoin de développer sa sensibilité, son imaginaire, sa capacité à comprendre, à s'exprimer, celui qui ne parlait pas , celui qui arrivait d'ailleurs; cet enfant-là, je lui ai offert tout ce que j'étais, durant ma vie professionnelle.
Formatrice IUFM, j'ai essayé au mieux de transmettre ce qui faisait l'essence de ce métier, tissant des ponts indispensables entre théories, sciences de l'éducation, psychologie, sociologie et maîtrise des techniques d'enseignement en mettant en œuvre des travaux de chercheurs comme HAYWOOD, Furstein, PIAGET, VIKOVSKY et plus proche de nous, ceux de Jean-Louis PAOUR.
Durant 10 ans après ma mise à la retraite j'ai continué à jouer le rôle de passeur dans un institut privé qui préparait les étudiants aux épreuves du CRPE. J' étais chargée de cours en musique, littérature de jeunesse, arts visuels , connaissance du système éducatif et formation à l'entretien.
Il était question de Transmettre ce qui m'avait été offert dés ma naissance; le pouvoir des mots , celui de la musique qu'il m'avait été donné de vivre au plus profond de moi-même grâce à des parents passionnés d'opéra, la rencontre d'un piano, de l'orgue , la fusion des voix dans le chant choral ou le vibrato du chant lyrique, la passion de la calligraphie très tôt pratiquée.
Quant à l'acte de Créer: J'ai depuis évolué dans le plaisir et la jouissance sensorielle voire sensuelle du contact avec la matière TERRE à travers des cours de modelage. Dans un atelier d'arts plastiques, j' ai fait mes " gammes " autrement que sur un clavier ou à travers des vocalises, en pratiquant le dessin, la peinture à l'huile, les techniques mixtes, le collage, l'aquarelle et toutes sortes de médiums.
Voici quelques années, J'ai poussé la porte d'un atelier de création: celle de l'Atelier des Caves du Logis-Neuf. J'y ai trouvé cet espace de liberté nécessaire pour puiser ma propre forme d'expression, des artistes prêts à montrer, échanger, rentrer en complicité, et notamment trois artistes tels que: Jean-louis BOUDET , Yvan DAUMAS et Olivier BERNEX.
Voilà deux ans j'ai décidé de me consacrer à la peinture en étant bien persuadée qu'il fallait que je prenne en main l'art d'exposer et donc rentrer dans un nouveau projet, nouveau défi, celui d'inscrire mes œuvres dans des contextes espaces-temps pour qu'elles puissent vibrer dans le regard de l'autre.

Henriette ROSARI - Fait à ALLAUCH le 17 mai 2012




XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

"Rencontre"

Rosari01.jpg         
   
C'est bien le titre d'un de mes petits formats dont j'ai accouché dans les deux mois qui ont suivi l'acquisition de ton livre: "l'exécution de la peinture".
"accouché", le mot est puissant dans ce qu'il évoque, et pourtant il me permet de t'exprimer combien ce livre dont la symbolique fait état d'une mort en sursis a pu, par la force de tes écrits, engendrer une naissance: celle de ma peinture ou plus modestement mes premiers pas dans un cheminement créatif où je pouvais laisser enfin, grâce à ces pages, ce qui faisait obstacle; le raisonnement, l'approche bien trop intellectualisée d'un acte qui doit se vivre avec avec ses tripes, avec son coeur, avec la part de sacré qui sommeille en chacun de nous.

J'ai envahi un espace de tout ce qui pouvait me permettre de faire vibrer ces instants sur la toile, projeter cette part d'indicible et j'ai eu dans ces moments une envie pulsionnelle de la remplir , puis de prendre ce recul nécessaire pour que mon regard vienne nourrir mon imaginaire et avancer sans relâche sans aucune autre préoccupation que celle d'exister sous les formes multiples de mes émotions.
Chaque toile a été une aventure dont chaque étape a croisé des passages entiers de tes écrits. Tous les soirs je me gavais de tes révoltes, de tes doutes, de tes délires, mais aussi de tes instants de plénitude , du rapport sensuel que tu entretiens avec ta peinture, et le lendemain je n'avais qu'une envie, c'est moi aussi, de rentrer dans cet acte enfin, au-delà des mots ou des sons qui n'étaient jusque là que les moyens de m'exprimer. J'étais devenue capable de me rencontrer moi au plus profond de mon Soi dans la dimension de l'individuation telle que l'a si bien décrite Jung; ne faire qu'un avec sa peinture et rentrer de plain-pied dans une toile et s'y perdre aussi, avec souffrance ou volupté.
Nul doute que ce cheminement amorcé aura encore besoin, comme dans toute nouvelle naissance, d'un accompagnement pour grandir; tu es à nos côtés pour vivre ces éclosions en réciprocité.

Merveille offerte par la permanence de l'écrit, je sais que je reviendrai très souvent dans les méandres de ce livre qui m'a enfin fait entrevoir la peinture dans toute son essence bien loin des approches "académiques" dont j'étais avide lectrice.
La conclusion de ce bref témoignage ne peut être qu'un grand merci, celui que l'on offre au-delà des convenances et que l'on va chercher vraiment dans ses tripes, dans la résonance d'une rencontre qui n'aura pas de fin.

Allauch le 25 janvier 2010 - Henriette ROSARI à Olivier BERNEX -
à propos de son livre "l'exécution de la peinture" Editions Autres Temps - 2009


XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX





Voir aussi son site personnel



DSCN4846.JPG
accueil www.ateliercln.net